IV- Un exemple concret : L’affaire Séralini

1)    Protocole expérimental                                                                                                                                       jtnst3-1

Le protocole expérimental de cette expérience est très simple mais peut devenir un véritable cauchemar scientifique s’il y a une erreur en cours de route, car l’expérience dure 2 ans, ce qui correspond à l’espérance de vie moyenne d’un rat. Les rats et plus particulièrement leur race a été choisi dans un but particulier, ce sont des rats de race Sprague-Dawley et cette race a été choisi exprès car elle est propice aux tumeurs, ce qui permet d’avoir des résultats plus probants qu’avec une race qui aurait une réaction plutôt neutre quant aux OGM. Ce protocole permet de connaître les effets des OGM sur les mammifères au cours de leur vie puisqu’il s’agit simplement de nourrir les différents groupes de rats chaque jour avec une certaine dose de maïs (GM Monsanto NK603 ou non GM avec RoundUp ou sans RoundUp : herbicide le plus courant dans l’industrie). L’herbicide est ici utilisé pour savoir si la cause des maladies ne provient pas du RoundUp en lui-même et non des composants des OGM. Il y avait en tout 200 rats divisés en groupes eux-mêmes subdivisés en groupe d’une manière particulière. Le premier groupe correspondait au groupe qui n’absorbait pas de maïs GM mais du maïs parfaitement normal avec l’utilisation de l’herbicide RoundUp, le deuxième groupe lui ingérait du maïs GM Monsanto NK603 sans RoundUp et le troisième était le groupe qui ingurgitait du maïs GM Monsanto NK603 avec du RoundUp. De plus, les subdivisions s’organisaient de la manière suivante pour les groupes de rats qui absorbait des GM :

-11% de maïs GM Monsanto NK603

-22% de maïs GM Monsanto NK603

-33% de maïs GM Monsanto NK603

Et pour les groupes de rats qui ingéraient pas de maïs GM mais du maïs normalement cultivé, les groupes se divisaient entre mâles et femelles, c’est le groupe de rats témoins, pour résumer, voici un tableau récapitulatif des différents groupes :

Tableau explicatif différent groupes de rats

Chaque subdivision comprend dix rats mâles et dix rats femelles. Un dernier point très important qui caractérise cette expérience est le fait qu’il n’y a eu aucun lobbying possible de la part des entreprises pro ou anti OGM puisque la confidentialité est restée inviolée jusqu’à la publication officielle des résultats.

2)    Résultats expérimentaux

Les résultats expérimentaux mettent en valeur deux données principales, le nombre de décès par groupe et le nombre de tumeurs malignes. Ces données sont contestées bien sûr du fait que chacun des groupes ne contient que très peu de rats ce qui rend les résultats beaucoup moins fiables, mais malgré la remise en cause de la fiabilité, les résultats montrent tout de même quelque chose de très inquiétant ce qui a été relevé par les gouvernements concernés. Les conclusions sont les suivantes : Au niveau du groupe « témoin », tous les sujets ne sont pas arrivés en bonne santé au bout de 2 ans, 30% des femelles avaient un cancer. 50 à 80% des femelles souffrent de tumeurs dans le groupe  »test », elles étaient 25% au bout de seulement 13 mois. Le bilan n’est pas vraiment meilleur chez les mâles avec 2 à 3 fois plus de tumeurs côté OGM que côté sans OGM au bout de 13 mois selon la presse.

3)    Le rôle des médias

C’est la première expérience du genre ce qui la rend spéciale aux yeux du monde et plus particulièrement de la communauté scientifique. De plus, cette expérience s’est déroulée dans un cadre universitaire, elle devient alors très controversée par la communauté scientifique qui considère que ce genre d’expérience a besoin d’être réalisée par des professionnels et non des « novices ». Au moment de l’exposition des résultats, cette fameuse congrégation s’est offusquée du fait que la population et les gouvernements réagissent alors que cette expérience n’était ni vérifiée, ni revue dans le détail, l’expérience n’était pas encore admise par la confrérie scientifique car il y avait un besoin impératif de vérification. Le problème est que Gilles-Éric Séralini refuse toute vérification que ce soit car il considère que la confidentialité ne serait pas respectée et que les entreprises et leur lobby ferait tout ce qui est en leur pouvoir pour manipuler les résultats et obtenir un avantage par rapport à leurs confrères. Gilles-Éric Séralini lui-même n’a pas mené d’étude vérificative en double aveugle ce qui est encore une fois très critiqué par ses collègues scientifiques. Les contestataires se tournent aussi vers le choix de la race de rats puisque celle-ci est propice aux tumeurs, et malgré les explications très claires de Gilles-Éric Séralini par rapport au fait que ce choix a été fait de façon à ce que les résultats puissent être exploitables et non pour manipuler la population, ses détracteurs ne lui font en aucun cas confiance car il est de notoriété publique de G.-É. Séralini est anti OGM. Une médiatisation très importante a été préparée par le groupe de scientifiques lorsque les résultats ont été exploités par eux-mêmes. Cela a rendu encore une fois la communauté scientifique perplexe quant au but de cette expérience. Le dossier de huit pages publiées le 20 septembre dans le journal Le Nouvel Observateur a fait parler de lui-même puisque suite à cette publication qui mettait en scène des rats attaqués par des tumeurs multiples.

OGM TPE

Ensuite une série de controverses extrêmement importantes ont surgis de toutes parts, mettant une pression incroyable sur les épaules de G.-É. Séralini. Le site de l’ACRIMED (Action – CRItique des MÉDias) a publié un article concernant cette utilisation des médias de la part de ce scientifique qui a exploité cette diffusion du savoir dans le but de soulever l’opinion publique et d’obtenir une réaction de la part des gouvernements et de la population. Dans l’article de l’ACRIMED, il est écrit : ‘’ L’impression d’encart publicitaire est renforcée par la répétition des références aux livres de Gilles-Éric Séralini et à celui de Corinne Lepage. Mais on apprenait dès le premier article du dossier que l’opération est tout aussi bien ficelée côté audiovisuel : « Dès le 26 septembre, chacun pourra voir au cinéma le film choc de Jean-Paul Jaud, « Tous cobayes ? », adapté du livre de Gilles-Éric Séralini, et les terribles images de rats étouffés dans leurs tumeurs. Des images qui vont faire le tour de la planète et d’internet puisqu’elles seront diffusées sur Canal+ (au « Grand Journal » du 19 septembre) et sur France 5 (le 16 octobre dans un documentaire) ».’’ Cet élan de publications orchestré par Pr Séralini a obtenu ce qu’il voulait, c’est-à-dire une réaction quant à l’utilisation trop importante des OGM sans aucun contrôle indépendant. Malgré cela, l’étude en elle-même est très loin d’être acceptable par la communauté scientifique et par la société, d’où le fait qu’elle soit retirée du site de la revue américaine Food and chemical Toxicology quelques mois après la publication initiale. Tout cela renforce un sentiment amer dans la société puisque le peu de contrôle dans les expériences et dans les entreprises pousse la société à revoir la confiance aveugle qu’elle a pour la communauté scientifique et accroit alors la vigilance de la population. Cela crée une dégradation de la relation entre scientifiques et citoyens et aussi un désagrégement de la relation entre scientifiques.

8249508-12898228

4)    Aspect Social

Monsanto est un des plus gros groupes agroalimentaires du monde et de ce fait, ce groupe est aussi très critiqué quant à ses méthodes de production et de travail.

5217_358745627580770_728863647_n

Sur le dessin ci-contre, nous pouvons observer un rat « boursoufflé » par ce qui semble être des tumeurs. Chacune de ces tumeurs est reliées à un produit appartenant à Monsanto. Cette critique visuelle a été trouvée dans la presse et nous montre que la société ne fait en aucun cas confiance à Monsanto, ce qui était absolument le but de G.-É- Séralini, qui voulait ouvrir les yeux de la société par rapport à la suprématie de Monsanto, et il a atteint son objectif malgré l’invalidité de son expérience.

De plus, dans les pays développés, les OGM sont de plus en plus présents dans la société et ceux-ci sont autorisés sans grande transparence ce qui peut laisser à penser que les gouvernements sont très peu regardant quant à leur effets, par exemple, aux États-Unis, les OGM sont presque partout comme le montre l’illustration ci-après.

7-gmos-percentages-monsanto1_0

5)    Aspect économique

Au niveau budgétaire, l’expérience a coûté très cher aux contribuables puisque que son coût avoisine les 4 millions d’euros en tout alors que la somme des salaires des 10 chercheurs lui s’approche des 900 000 euros pour deux ans (45 000 par chercheur et par ans, frais patronaux compris). Chaque rat coûte 15 000 euros ce qui nous donne un total de 3 millions pour les rats.

OGM TPE 3

Docsmaths |
Cours de Biochimie |
LE PLUS PUISSANT MAÎTRE MAR... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Nsplic2016
| Canaldelumieredane11
| Energiesolairedomestique