I – Connaissances de bases requises pour comprendre les enjeux de la diffusion du savoir.

1)   Image actuelle de la science dans la société

 

La société a toujours considéré la communauté scientifique comme des experts. Elle attend donc des réponses messianiques. Mais des questions différentes sont perpétuellement posées à ces « experts », auxquelles des réponses doivent être trouvées, qui appellent naturellement à d’autres questions et qui sont sources de nouveaux travaux, de nouvelles questions.

Ainsi la science est une continuelle source de progrès, elle contribue à l’amélioration des conditions de vie de l’Homme comme vu dans l’introduction. Par exemple, elle est responsable de l’augmentation progressive de la longévité qui résulte des progrès de la médecine curative et préventive, mais aussi des comportements mis en place suite à des découvertes scientifiques sur l’hygiène, en outre.

En revanche, certaines convictions philosophiques et religieuses amènent des réactions négatives face aux progrès de la Science. Heureusement, ces attitudes restent minoritaires. Le progrès de la connaissance est généralement reconnu par l’ensemble de la société.

Sans titre 2

2)   Pressions exercées sur les scientifiques

 

Le processus d’évaluation auquel sont soumis les scientifiques et l’impact des articles de journaux résultent en une pression exercée sur les chercheurs. Le processus d’évaluation doit être le plus quantitatif possible. Tandis que les impacts de la presse inclus le nombre de citations d’un article, sa durée de vie etc.

L’outil bibliométrique utilisé pour mesurer la productivité d’un chercheur, tout comme l’évaluation scientifique directe de la quantité du travail.

La bibliométrie est l’application de méthodes scientifiques et mathématiques pour mesurer, évaluer et étudier, la production et la diffusion d’ouvrages, d’articles et autres publications. La bibliométrie est une sous-discipline des sciences de l’information.

Apple_theory2_FritsAL

3)   Communication et transmission d’informations entre chercheurs scientifiques

 

La connaissance des résultats se fait par communications orales lors de congrès, le plus souvent en anglais. Mais cette méthode admet des inconvénients ; une exposition aux éventuelles critiques ou publications dans des journaux scientifiques et une soumission à des règles d’évaluation et de sélection.

La publication d’un article dans un journal a donc des conséquences majeures pour le chercheur.  Elle permet une reconnaissance par ses paires, des facilités accrues pour l’obtention de crédits pour des recherches futures, des primes personnelles, des prix scientifiques et autres.

L’évaluation des résultats se fait par la revue des pairs appelées « Peer review ». Ce sont des experts anonymes sollicités par les éditeurs qui analysent le protocole de la recherche, les méthodes d’analyse utilisées, les résultats et l’exactitude des conclusions. Une épreuve de reproductibilité est aussi requise, en effet, un résultat doit pouvoir être reproduit indépendamment de l’expérience initiale afin de confirmer les résultats. Cette étape doit avoir lieu seulement après publication des résultats de la première recherche. Cette validation des résultats est essentielle pour l’admission d’une découverte scientifique.

Sans titre 3

Docsmaths |
Cours de Biochimie |
LE PLUS PUISSANT MAÎTRE MAR... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Nsplic2016
| Canaldelumieredane11
| Energiesolairedomestique